Accoucher pendant une pandémie

« Bonjour, comme promis, je vous donne des nouvelles.
Ma fille est née mercredi 8 avril. Virginie. »

En mars nous avions interviewé Virginie qui était enceinte de son deuxième enfant (article Accoucher en période de covid), et mi-avril elle nous a annoncé la bonne nouvelle, Cassandre était née!

« Dans l’ensemble, l’accouchement et le séjour à la maternité se sont bien passés, et nous avons pu rentrer rapidement grâce à ma sage-femme libérale qui est venue prendre le relais (dispositif Prado). Le grand frère et le papa sont ravis. Maintenant on profite, c’est que du bonheur ! »

Nous lui avons demandé de nous raconter en détail pour que ça puisse aider éventuellement des futures mamans qui seront dans ce cas. Bien sûr chaque accouchement est unique et la perception que chacune en a est subjectif mais son témoignage nous paraissait intéressant. Elle nous raconte.

« J’ai eu pendant plusieurs jours du faux travail. Lors de la visite du jour estimé d’accouchement, le col était favorable, la quantité de liquide amniotique commençait à être un peu limitée et surtout au vu du contexte, l’équipe de la maternité a décidé d’un déclenchement quelques heures plus tard. Le déclenchement s’est fait par injection d’ocytocine, et comme tout se présentait bien, j’ai été conduite directement en salle d’accouchement à mon arrivée, ce qui m’arrangerait car le papa n’était pas autorisé en salle de travail. Avec le déclenchement, il a pu être dès le début à mes côtés. L’accouchement en lui-même s’est plutôt bien passé et Cassandre est née en fin de soirée. Le papa a dû partir dès la sortie de la salle d’accouchement, les directives avaient changé et il ne pouvait ni nous accompagner dans la chambre ni venir en visite par la suite. Ça a été un peu dur mais l’équipe nous a laissé un peu plus de deux heures après l’accouchement dans la salle pour que papa puisse en profiter un peu de bébé. Comme c’était un deuxième enfant, lors de mon séjour, l’équipe m’a laissé beaucoup d’autonomie, hormis les contrôles et être disponible en cas de questions, il n’y a pas eu beaucoup de mouvements dans la chambre. Je pense que le contexte covid y fait aussi, moins de gens passent mieux c’est. J’ai trouvé les jours plus reposants et plus calmes, pas de visite de photographes et autres extérieurs, ça permet de mieux se reposer et suivre le rythme de bébé. Avec le dispositif prado et comme j’avais déjà un suivi par une sage-femme libérale, nous avons pu rentrer plus tôt (samedi, sachant que j’ai accouché mercredi soir). Bien entendu, parce que j’allais bien et bébé aussi. C’est sûr que nous avons dû nous adapter et que les quelques jours sans le papa et mon fils ont été différents de ce que j’avais imaginé mais heureusement on a pu faire des appels vidéo. Le plus important c’est que tout le monde aille bien. Le reste de la famille a hâte de rencontrer Cassandre mais cela va attendre. Pour l’instant, on prend nos marques, on s’adapte et on profite !«