Dépistage néonatal : 5 maladies rares mais graves

dépistage de maladie Le programme de dépistage mis en place par l’Association Française pour le Dépistage et la Prévention des Handicaps de l’Enfant (AFDPHE) mandatée par le Ministère de la Santé et la Cnam  concerne 5 maladies rares certes, mais graves :

Quelques gouttes de sang prélevées chez le nouveau né permettent de déceler la présence de ces maladies avant même qu’elles ne se déclarent. Ainsi, les bébés porteurs d’une de ces maladies pourront éviter les symptômes souvent très graves et vivre une vie normale.

Les personnels de la maternité doivent demander l’autorisation des parents pour effectuer cet examen, (intégralement pris en charge par la Sécurité Sociale) en leur fournissant le document 3 jours, l’âge du dépistage, brochure qui permet de comprendre les bénéfices que l’enfant pourra tirer de ce dépistage s’il était atteint de l’une de ces rares maladies. Il est bien entendu extrêmement rare que les parents refusent ce test, d’autant qu’il ne présente aucun danger pour l’enfant. Dans le cas contraire, une décharge écrite leur sera demandée.

Les tests effectués permettent de penser que 99% des nourrissons dépistés sont indemnes des maladies recherchées. En cas de doute chez certains bébés, des examens complémentaires sont réalisés.

Bientôt, d’autres maladies seront inscrites à ce programme de dépistage. La surdité congénitale sera recherchée, non pas par prélèvement de gouttes de sang mais par un procédé actuellement mis en place dans certaines maternités pilote.