Les idées reçues sur l’allaitement maternel

Malheureusement, aujourd’hui encore circulent de nombreuses idées reçues sur l’allaitement maternel !

allaitement maternelIl est d’autant plus important de les combattre qu’un tiers des mamans arrête l’allaitement maternel au cours du premier mois de leur bébé, découragées par l’absence de réponses à leurs questions pendant leur très court séjour à la maternité.

 

 

 

Sur le podium des fausses informations :

  L’allaitement fait mal et on n’échappe pas aux crevasses. FAUX.

Tout est question de positionnement : il faut bien positionner son bébé au sein dès les premières tétées et aussi varier les positions.
L’essentiel est de bien démarrer à la maternité : si possible demander au personnel la mise en peau à peau précoce, car le nouveau-né possède les réflexes de fouissement et de succion : il sait tout seul chercher le mamelon, il le reconnaît avec son nez et ses lèvres, il sait ouvrir la bouche tout seul et sucer. Plus la mise au sein est précoce et plus le bébé va acquérir la technique correcte de succion.
Il faut juste veiller à bien lui dégager le nez (aidez-le à positionner sa tête, son visage doit être face au sein, sa tête, ses épaules et ses hanches bien alignés dans le même axe).

  La plupart des médicaments contre-indique l’allaitement maternel. FAUX.

Au contraire, très peu sont incompatibles ! et dans ce cas une alternative sera proposée à la mère qui allaite.

  Reprise du travail rime avec sevrage. FAUX.

Il n’est pas bien compliqué de poursuivre les bienfaits de l’allaitement à la reprise du travail : d’abord, poursuivre avec une tétée matin et soir et, pour entretenir la lactation, la mère peut parfois tirer son lait sur son lieu de travail. L’idéal est de pratiquer un sevrage progressif, pour éviter l’engorgement. L’allaitement maternel deviendra alors mixte, au sein et au biberon.