Par précaution, zéro alcool pendant la grossesse

On ne répètera jamais assez le message de prévention :

« zéro alcool pendant la grossesse ».

Grâce à Santé Publique France, nous avons rencontré Gaelle Dreveau, sage-femme chargée de projet au Centre Ressources Addictions et Grossesse en Nouvelle Aquitaine afin qu’elle nous expose les risques.

Le placenta n’est malheureusement pas une barrière, et lorsqu’un verre est bu, l’alcool passe librement du sang de la maman vers celui du bébé. Très vite le taux d’alcoolémie est identique chez la mère et chez le foetus. Les organes du bébé peuvent alors être perturbés dans leur développement. Boire de l’alcool peut entrainer des fausses couches, des malformations physiques, un retard mental ou encore des troubles du comportement.

On parle de SAF… qu’est-ce donc ?

Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) est l’atteinte la plus sévère d’une consommation d’alcool pendant la grossesse. C’est la première cause de handicap/retard mental d’origine non génétique chez l’enfant et d’inadaptation sociale. Il se manifeste par la présence de traits faciaux caractéristiques, un retard de croissance, des atteintes du système nerveux central ou encore des malformations (cardio-vasculaires, cérébrales, fentes palatines, anomalies tégumentaires).

La consommation d’alcool peut également entrainer des Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale (TCAF). On constate alors des difficultés d’apprentissage, des troubles de l’attention et du comportement pouvant mener au décrochage scolaire et à des difficultés d’insertion sociale.

Les risques sont-ils réels même si on boit peu ?

Même en petite quantité, l’alcool représente un risque. Ce risque varie en fonction de la quantité d’alcool absorbée, de la façon de consommer, de l’usage d’autres drogues et de la constitution génétique de chaque personne.

Dans tous les cas, il est toujours temps d’arrêter pour la santé de la mère et de l’enfant durant la grossesse.

Le risque est le même quel que soit le type de boissons alcoolisées (apéritif, vin, bière, cidre, spiritueux, etc.).

Jusqu’à présent, on ignore à partir de quel seuil la consommation d’alcool deviendrait dangereuse ou problématique pour le fœtus.

En France, selon ces éléments, et en vertu du principe de précaution, il est recommandé aux femmes enceintes de s’abstenir de toute consommation d’alcool dès le début de leur grossesse et pendant toute sa durée.
Idéalement, il s’agirait de stopper toute consommation d’alcool dès qu’un projet de grossesse se prépare.
En effet, le fœtus est particulièrement sensible à ce produit dès les premières semaines, soit avant que la femme connaisse son état de grossesse. Ceci peut d’ailleurs générer des angoisses futures, qu’ils ne faut pas hésiter à aborder avec les professionnels de santé.

Est-ce une pathologie courante ?

L’incidence des TCAF peut atteindre 1% des naissances en France, ce qui représente environ 8000 naissances par an. Celles des SAF est estimée entre 0,6 et 3 cas sur 1000 naissances, ce qui représente 800 naissances par an environ.

Aujourd’hui, on considère que 500 000 français souffrent, à des degrés divers, des conséquences de la prise d’alcool pendant la grossesse.

Selon les données du Baromètre santé 2017, la consommation d’alcool pendant la grossesse n’est pas rare en France : près d’une femme sur 10 a déclaré avoir consommé de l’alcool occasionnellement pendant sa grossesse. Et, toujours selon cette enquête, 4 femmes enceintes ou mères de jeunes enfants sur 10 ont déclaré ne pas avoir été informées des risques de la consommation d’alcool durant la grossesse.

N’oubliez pas que c’est votre grossesse, votre bébé, et que l’entourage pourrait vous inciter à boire ‘juste un verre’… Si vous souhaitez rester discrète sur votre grossesse, prenez des excuses pour ne pas consommer : expliquez que vous conduisez, que vous vous sentez vaseuse et que vous préférez un cocktail sans alcool pour trinquer avec eux !

Le Livre Bleu vous encourage à en parler avec votre médecin ou à votre sage-femme.

Si vous avez des difficultés à ne pas consommer de l’alcool durant votre grossesse, il est important d’en parler au professionnel de santé qui vous suit et qui saura vous aider sans culpabilité ni jugement.

Vous pouvez également consulter le site de Santé Publique France : www.alcool-info-service.fr ou appeler le 0980 980 980 (7j/7 de 8h à 2h, appel anonyme et non surtaxé).